Image default
Vegan / Bio

Pourquoi le pain est-il tellement addictif et que vous ne pouvez pas vous en passer ? (2ème partie)

Deuxième partie de ce long article écrit par Colleen Cackowski, que je vous ai traduit, consacré aux dangers des céréales (1ère partie ici).

Crudivore depuis 1996, chef cru primé, ayant étudié la médecine traditionnelle chinoise, Colleen est très familière des défis et des pièges que l’on peut rencontrer lorsque l’on essaie d’adopter un mode de vie plus sain. Formée par la plupart des grands noms de l’alimentation crue végétalienne, Colleen a été pendant deux ans, l’assistante personnelle de Cherie Soria, directrice de l’Institut culinaire Living Light  et a travaillé avec David Wolfe et l’équipe des conférences Longevity Now.

Jusqu’à récemment, on nous avait toujours dit qu’une alimentation riche en céréales était bonne pour nous. Si nous mangeons du pain et de ses produits dérivés, particulièrement ceux préparés avec des céréales complètes, est-ce que c’est bon ?

Malheureusement, la réponse est « probablement non ». Dans la 1ère partie de cet article, nous nous sommes concentrés sur les propriétés addictives physique et émotionnelle des céréales et des glucides. Ici dans la 2ème partie, nous allons aborder les différents autres problèmes qu’une trop grande consommation de pain et d’aliments riches en glucides entrainent.

Selon les recommandations diététiques de l’USDA développées dans les années 1970, les glucides, y compris les céréales, devaient constituer 45 à 65% de la totalité des calories consommées, soit la majorité de notre prise alimentaire quotidienne. Ces mêmes sucres et amidons, présents dans tout ce qui n’est pas des protéines ou des graisses, représentent l’essence de l’alimentation normale de la plupart des gens, composée de pain, de céréales, de maïs, de pommes de terre, de biscuits, de pâtes, de jus de fruits, de boissons gazeuses et de fruits.

Depuis que ces recommandations de l’USDA ont été formulées, il y a eu une explosion d’obésité et de diabète dans ce pays. Au cœur du problème, il y avait le paradigme erroné que manger trop de gras vous faisait grossir. Ce qui est clair désormais c’est que les glucides sont au centre du problème de l’obésité, pas le gras.

Maintenant nous allons apprendre l’importance de la compréhension de l’indice glycémique des aliments. L’indice glycémique est une façon de mesurer à quelle vitesse le sucre contenu dans les aliments, entre dans notre circulation sanguine après les avoir ingéré. Plus vite le sucre pénètre, plus l’indice glycémique est élevé et plus cela est dommageable pour nos systèmes.

Le pain complet et le pain blanc ont en fait des niveaux similaires sur l’échelle glycémique, respectivement 71 et 72. Tous les deux sont plus élevés que le sucre blanc (62) ! Les résultats de l’indice glycémique ne sont pas toujours ce que l’on peut attendre. Un « petit-déjeuner sain » de céréales Grape Nuts (71) a un indice glycémique plus élevé qu’une barre de Snickers (55).

Plus d’information sur l’indice glycémique et une échelle des aliments les plus populaires est visible ici.

Effets négatifs du gluten

Un repas riche en blé peut entrainer une stagnation dans le système digestif, irriter les intestins et déclencher une réponse hyper-immune. L’un des facteurs contributeurs du problème avec le blé est une protéine collante appelée gluten. Nous entendons beaucoup parlé du gluten mais qui comprend réellement ce que cela signifie ? Le mot « gluten » a ses racines dans le mot latin pour colle. Vous vous souvenez lorsque vous étiez enfant  et que vous mélangiez de la farine et de l’eau pour faire de la colle ? Cette colle c’est ce qui va dans votre système digestif lorsque vous mangez quoique ce soit qui contient du gluten. Pas étonnant que ce genre de produits s’agglutinent dans le système digestif !

Une fois digéré, le blé rend le sang épais, ralentissant la circulation ce qui encourage le développement des levures et des champignons. Le blé non digéré devient des matières fécales gluantes qui restent bloquées dans les intestins, parfois pendant des semaines, où elles fermentent. Ce processus est celui qui peut vous rendre ballonné pendant plusieurs jours après avoir mangé trop de blé ou de farine.

Les autres problèmes avec les céréales

Mais le gluten n’est pas le seul problème causé par le blé. Manger trop de céréales peut causer d’autres problèmes nutritionnels.

Sucre sanguin : les glucides, comme le pain, sont généralement composés de chaines de sucres simples alors lorsque ces chaines sont brisées, elles entrainent une sérieuse augmentation des taux de glucose dans le sang. Après une digestion rapide des sucres, les taux de glucose dans la sang chutent, entrainant un cycle de faim et d’envies de glucides.Les céréales contiennent également de l’Amylopectine A, un super glucide qui augmente le taux de sucre dans le sang encore plus que le sucre blanc ou la plupart des autres glucides. Par exemple, deux tranches de pain complet augmente le taux de sucre sanguin davantage encore que six cuillerées à café de sucre ! En plus … quelques heures après avoir mangé trop de glucides , vous allez vous retrouver fouillant dans le réfrigérateur pour voir ce qu’il y a à manger.

Déficiences nutritionnelles : les Phytates dans les céréales bloquent l’absorption du fer et du zinc jusqu’à 90%. Et pendant leur digestion, la plupart des éléments sains des céréales sont éliminés, laissant derrière eux juste les glucides acidifiants et pauvres d’un point de vue nutritionnel.

Obésité : La Gliadine est une autre protéine dans le blé qui agit comme un opiacé et stimule l’appétit. A cause de la gliadine, la personne moyenne consomme 400 calories de plus par jour que la personne qui ne consomme pas de céréales. Sur une année, cela peut sérieusement augmenter votre poids ! La gliadine peut également contribuer à des problèmes comportementaux chez les enfants atteints de ADHD, indépendamment de l’existence d’une sensibilité au gluten détectée.

Mucus : toutes les céréales raffinées (blé, avoine, seigle, orge, épeautre …) produisent du mucus dans le corps. Notre corps fabrique du mucus comme mécanisme de défense naturel pour protéger ses cellules, ses tissus et ses organes des acides nocifs présents dans ces produits. Bien que le mucus soit censé nous protéger, il a pour effet secondaire de congestionner nos poumons et nos voies nasales et entraver la digestion.

Briser une addiction au pain peut être difficile mais les bénéfices pour votre santé en valent vraiment la peine. Commencez doucement en ne consommant pas de pain pendant deux semaines. Vous pourrez même peut-être constaté que vos envies incontrôlables ont diminué ou ont disparu tout d’un coup après une semaine ou plus.

Je vous invite à lire la 3ème partie de cet article qui vous donnera des idées pour combattre votre addiction aux glucides.

A lire aussi

Trempette aux épinards (sans produits laitiers, sans gluten)

Irene

Sandwich vegan / sans gluten : Pain CRU oignon-olive / Mayo / crudités (vidéo)

Irene

Peut-on manger cru en hiver ?

Irene

Chocolat cru lait de coco-mangue séchée, Chocolat cru aux amandes et Tamari, barre aux mûres blanches, farine de coco … et des livres de recettes !

Irene

Y aurait-il un régime idéal, fonctionnant pour tous ?

Irene

Pourquoi ce condiment doit avoir sa place dans votre cuisine

Irene