Image default
Finance

Comment traiter les frais d’achat d’immobilisations en comptabilité ?

Quand une société achète un bien immobilier, elle doit régler les dépenses supplémentaires. En général, ces dernières sont rattachées directement avec l’acquisition de l’immobilisation en question. Ce dossier vous présente en effet les démarches à suivre pour pouvoir traiter ces frais en matière de comptabilité.

 

Connaitre de quels frais d’achat d’immobilisations s’agit-il réellement ?

Les coûts d’achat d’immobilisations renferment, comme leur nom le souligne, des frais attribuables directement à l’acquisition d’un bien. Le plus souvent, ces équipements sont destinés à être utilisés durant plus de douze mois. Cela peut concerner essentiellement :

– Les commissions ou salaires d’intermédiaires,

– Les honoraires de notaires et d’agences

– les dépenses d’actes découlant de l’application de la loi en vigueur

– Ainsi que les droits de mutation comme les droits d’enregistrements ou de timbres.

Ces charges peuvent s’agir également des immobilisations financières, incorporelles et corporelles. Votre expert-comptable à Ixelles les engage durant la période d’achat du bien. À l’exception, elles doivent être intégrées dans le compte associé aux charges d’exploitation.

 

Ajuster le traitement comptable aux frais d’achat d’immobilisations

Les dépenses allouées à l’acquisition des biens immobiliers peuvent subir deux différentes sortes d’opérations. L’expert-comptable à Ixelles, Saint-Gilles, Uccle, Forest ou à Bruxelles peut les enregistrer immédiatement en charges. Dans ce cas, elles viennent accroitre le prix d’achat du bien concerné.

Dès lors qu’une société décide de maintenir les dépenses propres à l’acquisition de biens immobiliers en charges, elle est amenée à se servir des comptes particuliers selon la nature des frais. À l’aide de son expert du chiffre, l’entreprise peut utiliser les comptes :

– 6221 sur les commissions et courages sur achats,

– 6226 propre aux honoraires,

– 6227 relatif aux frais de contentieux ou d’actes

– Et le compte 6354 associé aux droits d’enregistrements et de timbres.

À cet égard, le prestataire comptable enregistre les dépenses comme, étant une facture d’achat habituelle. Aussi, il n’existe pas de formes de retraitement fiscal étant donné que les charges sont déductibles dans l’immédiat.

 

Comptabiliser les frais d’acquisition d’immobilisation dans un compte approprié

Les charges présentées précédemment peuvent s’ajouter au coût d’acquisition de l’immobilisation en vue de constituer son prix d’entrée. Leur somme sera donc répartie sur la période d’amortissement du bien quand ce dernier peut être assujetti à un amortissement. Et, une fois que l’immobilisation acquise est sortie de l’actif, les frais aboutissent naturellement à une charge.

Dans ce dernier cas, les dépenses d’achat d’immobilisation s’ajoutent à la subdivision des comptes 20, 21, 26 et 27. En comptabilité, ces comptes concernent les immobilisations incorporelles, les immobilisations corporelles, les participations et créances liées à des participations ainsi que les autres immobilisations financières.

Toutes les sociétés peuvent appliquer leur propre méthode, c’est-à-dire de traiter les dépenses d’acquisition d’immobilisation en charges. Elles peuvent également les porter dans un compte propre aux immobilisations. Néanmoins, il demeure toujours essentiel de respecter l’homogénéité quant à l’enregistrement comptable que l’entité réserve à ces coûts. Ainsi, la solution retenue est valable à toutes les immobilisations corporelles et incorporelles obtenues.

A lire aussi

L’épargne en ligne, qu’est-ce que c’est ?

Irene

Les raisons d’investir dans le TRON TRX

Irene

S’informer sur la caution bpi

Tamby

Voyage en Birmanie, essayons de parler monnaie

Irene

Comment remporter un projet en BTP ?

Laurent

Ce qu’on doit savoir sur le prêt-auto pour voiture neuve

Tamby