Image default
Bien-être

L’exercice : une nécessité humaine

Tous ceux qui sont (et il semble que ce soit la majorité d’entre nous !) plus ou moins indifférents à la notion d’exercice physique, tout en recherchant une santé optimale, seront peut-être stimulés par la lecture de cet article rédigé en anglais (et traduit ci-dessous), par Brian Clement, Co-directeur de l’Institut Hippocrate de Floride (USA).

La santé est en effet un tout : alimentation saine, sans aucun doute, mais aussi « pensées » saines, équilibre émotionnel ET entretien du corps physique… Le corps physique, cet outil tellement utile au quotidien et que nous utilisons le plus souvent tellement automatiquement ! Nous ne prenons vraiment et pleinement conscience de son importance que le jour où nous nous retrouvons avec un membre immobilisé pour cause d’accident, avec un organe qui ne fonctionne plus et nous met « au régime »… etc… etc… Le dysfonctionnement fait surgir le manque.

En faisant des cueillettes à travers bois, en cheminant sans fin, nos ancêtres nomades ont génétiquement et anatomiquement dessiné le profil des générations futures. Nous n’avons pas commencé à limiter l’utilisation de notre corps avant de devenir sédentaires. L’agriculture, par elle-même offrait l’éventail complet des exercices d’aérobic et de lever de poids qui est une condition préalable à la santé.

Avec l’avènement de la révolution industrielle au 19ème siècle, la plupart des gens ont commencé à migrer vers les villes et les habitations cubiques qui, dramatiquement, pour la première fois, ont limité l’utilisation de notre anatomie. La station debout anormale, s’assoir, se pencher et se reposer ont augmenté en raison de notre travail obligatoire. Vers le milieu du 20ème siècle, les activités extérieures couramment partagées ont commencé à être entravées par la nouvelle venue « Télévision ».

Avant même de nous en rendre compte nous nous sommes retrouvés à regarder les équipes sportives professionnelles plutôt que de prendre une part active aux sports. En une génération, le terme de « pantouflard » (« couch potato » en anglais… ce qui rend mieux l’idée) fut créé. Dans les pays en développement, l’addiction des gens à la « boîte à images » dépasse largement le temps qualitatif passé avec famille ou amis.

Pourquoi faire de l’exercice quand je peux regarder des athlètes professionnels le faire en haute-définition ?

Sporadiquement, des personnes ambitieuses, au moins sur une courte période, passent un DVD d’exercices dans leur salon et sautillent jusqu’à épuisement.  Ce groupe, évidemment, est très petit, manquant généralement de persévérance. Comme nous regardons la TV avec ses publicités ludiques et tentantes, qui nous séduisent pour manger plus de nourritures nutritives afin de combler les manques dus à une absence d’efforts. Quel dilemne est-ce devenu !
Manque d’utilisation du corps et poids excessif ont paralysé la population, y compris les jeunes.

L’informatique nous présente un problème encore plus grand, alors que nous avons entraîné désormais deux générations à « participer virtuellement » plutôt que de devenir actifs physiquement. Une récente étude internationale a rapporté ce qui avait été observé dans le passé : « Moins de 5% de la population fait correctement de l’exercice. » Ce fait ne concerne pas seulement le tour de taille des gens, mais aussi affecte directement leurs émotions, leur biochimie, les systèmes immunitaires et la vitesse du vieillissement. Durant la dernière moitié du siècle précédent, une étude scientifique après une autre confirme la nécessité de l’exercice aérobic et le porter de poids.

Dans mon travail à l’Institut Hippocrate nous avons établi concrètement que les exercices d’aérobic, pratiqués avec persévérance de façon correcte, et comme bénéfice supplémentaire en inhalant de l’oxygène, augmenteront activement et spectaculairement la vitesse de la convalescence. Toute maladie connue de l’Homme peut être combattue avec succès en augmentant la circulation, la température du corps et l’ajout d’oxygène. Les exercices de résistance ne fabrique pas seulement une structure musculaire saine et fonctionnelle, mais ils solidifient et renforcent aussi le squelette. Dans les deux ces, les effets positifs sont nombreux, le fonctionnement mental étant à son maximum.

Nous, ainsi que d’autres chercheurs, avons noté une positivité augmentée et moins de procrastination chez les participants à la fois du porter de poids et des programmes d’aérobic. Inutile de dire que l’estime de soi augmente en raison du confort et de l’aisance d’une meilleure apparence et d’une anatomie plus fonctionnelle. La vitalité sexuelle et la libido améliorée sont un gain supplémentaire quand on fait confiance au mouvement et à l’amélioration.

Toute personne dont vous admirez le corps est plus que certainement un adepte de l’exercice. Aujourd’hui nous devons nous imposer l’effort et, sans faillir, programmer un moment dans nos vies actives pour nous offrir cette activité exceptionnelle. Comme mentionné précédemment nous faisons partie des générations à qui un choix est présenté : utiliser et construire notre corps ou non.
Il y a un siècle, l’existence courante exigeait l’utilisation du corps. Chaque matin quand les gens se levaient, la première question venant à leur esprit était « Vais-je mourir de faim ou vais-je travailler ? » Naturellement, la dernière possibilité était choisie par les masses et cet acte salvateur seul assurait un corps entretenu pour être en état de fonctionner.

Quand j’ai commencé à m’intéresser à un mode de vie sain, le seul maillon manquant était le composant « exercice ».
Bien que ce fut un défi d’abandonner ma consommation d’aliments carnés et transformés, j’étais loin de savoir que l’adoption de pratiques pour stimuler et construire mon corps se présenterait comme une montagne bien plus élevée à gravir. Ce défi, depuis des décennies, fut une part intrinsèque de mon retour à une bonne santé.

Une fois que ceci fit partie intégrante de ma prise de conscience, je commençais à utiliser ces procédés de renforcement du corps avec les gens que je conseille. Encore et encore ils ont rapporté que la raison centrale de leur guérison et le maintien de leur excellente santé a été le composant « exercice ».

Des collègues comme le Dr Kenneth Cooper (Cooper Center, Dallas – Texas) ont dédié leur vie entière à la science de l’anatomie. Sans faillir, ces experts ont établi la priorité de l’exercice en tant que thérapie. Inutile de dire qu’on ne peut pas devenir sain ou maintenir un summum de bien-être sans utiliser les étirements, les mouvements et les techniques de musculation. Notre chimie et anatomie dépendent de ces procédés vitaux.

Quatre-vingt quinze pourcent de notre population a failli à offrir un exercice correct a son corps. Notre majorité, écrasante, doit abandonner la télécommande ou la souris d’ordinateur, se lever les fesses et commencer à s’activer immédiatement. Aussi horrible que cela puisse apparaitre les premiers jours et semaines, rapidement apparaitra l’attente, la joie et la satisfaction d’une attitude embellie et d’un corps amélioré. Nous atteindrons tous nos buts d’une façon personnelle, en fonction de notre âge, de notre état de santé et de notre motivation. « Lentement mais sûrement » est mieux que « on n’a rien sans peine« .

Nous ne voulons pas être découragé en essayant d’obtenir des résultats olympiques en une semaine. Des entraîneurs professionnels, des personnes bien formées, sont des partenaires puissants dans la pratique de programmes d’entraînement fructueux. J’ai personnellement gâché beaucoup d’années avant qu’une personne compatissante me dit « Je vais prendre le temps de vous entraîner parce que j’ai observé que vous gaspillez la plus grande partie de votre temps ici à la gym. »  Quand on se bat avec une graisse corporelle indésirée, les personnes en surpoids seront heureuses de savoir que la graisse peut être convertie en muscle à travers le lever de poids. Les personnes minces seront également heureuses de découvrir qu’elles peuvent utiliser les mêmes méthodes pour gagner le poids désiré, sans sacrifier leur santé, en fabriquant du muscle.

Donc, pour qu’il n’y ait aucun doute sur ce qui est dit dans cet article, je terminerai avec les quatre règles d’or du bien-être :

  1. Ne mettez pas de limites dans votre quête d’une excellente santé.
  2. Toujours faire la chose correcte, pas la chose facile.
  3. Reconnaître et maintenir les succès qui ont été récoltés par la constance de vos efforts.
  4. Jouir pour toujours de la vie sous tous ses aspects et sa beauté.

A lire aussi

10 produits de beauté que vous pouvez faire vous-même avec de l’huile de coco

Irene

Reprendre pied dans la vie avec la méditation

Web Creator

La cryolipolyse : une technique beauté révolutionnaire

sophie

Table de massage : Comment choisir sa première table

Irene

Comment retrouver son énergie et perdre du poids en un temps record

Irene

Jus détoxifiant et le parfait extracteur de jus

Irene