Image default
Vegan / Bio

Manger des verdures : essentiel pour l’intelligence et la créativité !

3 décembre 2016

Depuis des années nous suivons les recherches et travaux de Victoria Boutenko sur les verdures et lui sommes extrêmement reconnaissantes de la préface qu’elle avait bien voulu rédiger pour notre livre, ayant pu observer les qualités de cette femme dans tout ce qu’elle entreprend.

Je suis donc heureuse de vous traduire sa dernière lettre d’information.

Voici ce qu’écrit Victoria :

Tous ces derniers mois mon fils (Sergei) a pris en charge ma newsletter parce que j’étais occupée à écrire et à faire des recherches. Maintenant je suis sortie de mon trou pour partager plusieurs nouvelles découvertes que j’ai faites sur le fait que la consommation de verdures est une excellente idée. J’espère que vous aimerez mon nouvel article sur le bénéfice des verdures.

Manger des verdures est essentiel pour l’intelligence et la créativité
Il y a quarante ans j’étudiais à l’Université de Moscou pour devenir professeur d’art. Un jour, mon professeur vit sur mon bureau un livre sur l’alimentation. Il m’a fait des remontrances plutôt sévères et dit aux autres étudiants qu’il était surpris qu’un futur éducateur en art lisait une telle littérature non essentielle. J’ai été retournée mais j’ai continué à lire mon livre. J’étais loin de savoir que quelques décennies plus tard la science allait découvrir que l’alimentation influe directement sur l’intelligence et la créativité ! De récentes études ont révélé que la lutéine est le caroténoïde dominant dans les tissus cérébraux humains, où elle compte pour 30%-60% du total de la concentration en caroténoïdes. L’examen de la relation entre la cognition et les niveaux de lutéine dans les tissus cérébraux des adultes a révélé que parmi les caroténoïdes, seule la lutéine était continuellement associée à une large variété de mesures cognitives. De plus, le rôle de la lutéine dans la fonction cognitive a été évaluée dans une étude en double-aveugle chez des femmes âgées saines qui ont reçu de la lutéine (12 mg/jour) ou un placebo. Durant les 120 jours de supplémentation avec la lutéine, la mémoire et la capacité d’apprentissage se sont améliorées significativement. Toutes les femmes qui ont reçu de la lutéine ont manifesté une tendance générale vers un apprentissage plus efficace. D’après ces observations les chercheurs ont conclu que de hauts niveaux de lutéine dans le cerveau sont liés à des performances cognitives meilleures. La plupart des gens sont déficients en lutéine. Par exemple, plus de 95% des américains sont en manque d’après l’index sanitaire des caroténoïdes. La lutéine, comme tous les autres caroténoïdes, n’est pas synthétisée dans le corps. Par conséquent, la lutéine doit être obtenue par la nourriture et l’une des sources les plus riches de ce nutriment essentiel se trouve dans les feuilles vert foncé des légumes. Bien sur, cela ne signifie pas que pour devenir plus intelligent tout ce dont vous avez besoin est de manger un peu d’épinards. Cependant, ne pas consommer suffisamment de verdures pourrait être, et l’est fort probablement, un obstacle à un apprentissage plus efficace. Selon le dictionnaire médical, la fonction cognitive est :

– un processus intellectuel grâce auquel nous sommes conscients de percevoir ou de comprendre des idées. Cela inclut la pensée, le raisonnement et le souvenir

– le processus d’acquisition du savoir et la compréhension à travers la pensée, l’expérience et les sens.

La fonction cognitive couvre quelques-uns des traits les plus précieux de la personnalité humaine. Par exemple, avez-vous jamais souhaité pouvoir :

– parler plus de langues ?

– avoir une meilleure mémoire ?

– résoudre plus rapidement les problèmes ?

– avoir une plus grande coordination physique ?

– vous concentrer plus longtemps ?

– avoir une meilleure orientation dans l’espace ?

– mieux planifier et exécuter vos buts ?

– mieux vous accorder avec les autres ?

Ce ne sont là que quelques exemples de la fonction cérébrale cognitive, qui sont importants pour chacun d’entre nous. Des scientifiques ont aussi découvert que les individus qui développent n’importe laquelle de ces capacités entraînent un effet secondaire positif sur leur cerveau, leur santé et l’ensemble de leur vie. Prenez par exemple la capacité à parler deux langues ou plus. La recherche scientifique a prouvé que le multilinguisme a de nombreux avantages, sociaux, psychologiques et de mode de vie, incluant une guérison plus rapide d’un AVC et un report de la démence. Parmi les nombreux avantages du bilinguisme j’en ai relevé trois qui m’ont le plus impressionnée :

1. Alors que d’être bilingue ne protège pas de la démence, cela repousse ses effets. Les bilingues montrent des symptômes de démence environ cinq ans plus tard que les monolingues. Les chercheurs pensent que c’est parce que le bilinguisme « recâble » le cerveau et améliore le système exécutif, stimulant la « réserve cognitive » des gens.

2. Le bilinguisme peut aussi offrir une protection après une blessure au cerveau. Dans une étude récente sur 600 survivants d’AVC en Inde, des chercheurs ont découvert que la guérison cognitive était pour les bilingues deux fois celle des monolingues.

3. Les adultes bilingues ont une matière grise plus dense (tissu cérébral bourré de cellules et de fibres sur l’information des processus nerveux), particulièrement dans l’hémisphère gauche du cerveau, là où la plupart des talents de langage et de communication sont contrôlés.

Un cerveau sain bien nourri nous offre des avantages d’une pléthore de façons. Cela nous donne la capacité de penser rapidement, profondément et logiquement. Une meilleure mémoire nous donne aussi la capacité d’avoir des vies avec plus de sens, prospères et plus heureuses. Cependant il y a encore plus de connexions entre la lutéine et le comportement humain. Par exemple, la même région du cerveau, qui est responsable de la fonction cognitive, a été récemment remarquée comme le centre d’activité de l’empathie humaine. Cette partie du cerveau, connue comme le cortex insulaire antérieur, a été lié à plusieurs maladies psychiatriques, incluant l’autisme, la schizophrénie et plusieurs autres désordres. A mon avis, il n’y a quasiment rien d’autre de plus important que d’aider les gens de tout âge à développer leurs capacités cognitives. En incorporant plus de verdures dans notre alimentation nous fournissons à notre cerveau tous les nutriments dont il a besoin pour fonctionner a son niveau le plus élevé et pour la plus longue période de temps.

A lire aussi

Pourquoi ce condiment doit avoir sa place dans votre cuisine

Irene

Les bienfaits des flocons d’avoine + 2 recettes en vidéo

Irene

En Suisse : graines germées et bactéries

Irene

Les astuces d’un spécialiste mondial des jus pour une meilleure santé (1ère partie)

Irene

7 jours de smoothies verts… ça vous tente ?

Irene

Smoothie vert de Noël

Irene